Coule pas chez nous : «la réelle mobilisation» commence selon Gabriel Nadeau-Dubois

Québec, le 9 décembre 2014. – La rencontre «GND / Coule pas chez nous !» a eu lieu le samedi 6 décembre, scellant une entente sans précédent au Québec : un financement populaire initié par l’auteur de l’essai Tenir tête (Lux Editeur) profitera dès le début de 2015 à une campagne créée et diffusée par des citoyens et pour des citoyens. «Je vous ai choisis pour ce que vous êtes et ce que vous avez déjà accompli», a dit en substance Gabriel Nadeau-Dubois, faisant référence à la sensibilisation sur le terrain réalisée par les comités depuis six mois, mais aussi aux valeurs qui animent les groupes. Il a aussi rappelé que la somme amassée en un temps record reste très modeste en regard des budgets des compagnies affectés à la promotion de leurs projets.

Gabriel Nadeau-Dubois et des représentants des comités citoyens qui diffusent la campagne Coule pas chez nous (© Coule pas chez nous)

Gabriel Nadeau-Dubois et des représentants des comités citoyens qui diffusent la campagne Coule pas chez nous (© Coule pas chez nous)

La campagne de financement Doublonslamise.com, qui invitait le public à doubler la mise initiale de 25 000 $ — soit la bourse attachée au prix littéraire du Gouverneur général attribué à Gabriel Nadeau-Dubois — change la donne de l’opposition citoyenne aux projets d’oléoducs au Québec en dotant les comités mobilisés d’un fonds dépassant les 400 000 $ pour leur campagne Coule pas chez nous !

«La fin de Doublons la mise doit être le début de la réelle mobilisation contre l’oléoduc Énergie Est. L’argent récolté ne servira à rien s’il ne se transforme pas en énergie militante concrète. Le Québec devra se lever pour bloquer ce projet dangereux. Je crois en nous. Merci pour votre générosité» a écrit Gabriel Nadeau-Dubois.

La journée de réflexion, à laquelle ont pris part des représentants des comités et regroupements citoyens qui ont diffusé la campagne depuis son lancement en mai 2014, a permis de dresser un premier bilan et de préciser la cible. En 2015, le transport de pétrole par train et par navires-citernes à des fins d’exportation s’ajoutera à la cible centrale de la campagne visant le transport par oléoduc via les projets Énergie est, Ligne 9B et Montréal-Portland.

«Les échanges ont porté sur la phase II de la campagne Coule pas chez nous! Un comité a été formé afin de voir à la bonne gouvernance et la saine gestion des fonds. La campagne, qui sera bonifiée en 2015, continuera de sensibiliser et de diffuser de l’information sur le terrain, par et pour des citoyens», résume Anne-Céline Guyon, porte-parole de STOP oléoduc Portneuf–Saint-Augustin.

Une invitation à diffuser la campagne en 2015 est donc lancée à tous les comités citoyens qui sont préoccupés par le transport du pétrole à des fins d’exportation au Québec.

La rencontre réunissait les représentants des comités STOP oléoduc (Portneuf–Saint-Augustin, Capitale-Nationale, Bellechasse et Lévis, Montmagny-L’Islet, Kamouraska, Témiscouata), les Pétroliques Anonymes (Rivière-du-Loup), Prospérité sans pétrole et Non à une marée noire dans le St-Laurent (Rimouski), les Comités vigilance hydrocarbures (CVH) Région de Lanaudière, Alerte pétrole Rive-Sud, la Coalition vigilance oléoducs (CoVO), la Marche des Peuples pour la Terre Mère ainsi que le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ), dont sont membres la plupart de ces groupes.

Le matériel de la campagne Coule pas chez nous! est disponible auprès des comités de chaque région. Consultez les sites www.coulepascheznous.com et www.stopoleoduc.org pour obtenir leurs coordonnées. Des renseignements sont aussi diffusés régulièrement sur la page Facebook de la campagne : www.facebook.com/coulepascheznous

Partager

One Response to Coule pas chez nous : «la réelle mobilisation» commence selon Gabriel Nadeau-Dubois

  1. Louise says:

    Je me demandais si il y avait des liens qui se faisaient avec des organismes européens qui pourraient nous soutenir dans ce combat en demandant un boycott du pétrole des sables bitumineux là-bas? Je sais qu’il y en a qui le demandent déjà pour lutter contre les changements climatiques (ce qui n’est pas rien), mais peut-être pourraient-ils aussi intensifier l’opposition à l’oléoduc?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *